qr64-comment-faut-il-prier-bogumil-shutterstock

Vous savez que le climat a une influence sur les traits, sur la peau des hommes ; si donc le climat d’un pays peut avoir un pareil effet, combien plus l’atmosphère spirituelle ne peut-elle pas influencer notre âme ? Si nous vivons avec le Christ par la prière, alors, jour après jour, nous deviendrons plus semblables à lui. La difficulté se trouve dans le fait que nous ne savons pas comment nous devons le suivre, le prier, vivre avec lui ; nous ne savons pas rester tranquilles à ses pieds. Même en priant, nous ne savons pas comment prier. Nous croyons que prier c’est demander, mendier les bénédictions de Dieu, mais en réalité ce n’est pas prier. Les vrais hommes de prière ne demandent pas seulement des biens matériels, mais le Dispensateur des biens lui-même.

Je connais, aux Indes, un homme de Dieu, un homme très développé au point de vue spirituel, qui m’a fait part de ses expériences. Un mendiant avait pris l’habitude de venir chaque matin lui demander un morceau de pain et de s’en aller aussitôt après l’avoir reçu. Il arriva qu’un matin l’homme de prière n’avait rien à donner au mendiant. Il le pria de rester un peu à causer avec lui, pendant qu’on allait chercher du pain. Au bout d’une heure, le mendiant avait compris le message qui lui était annoncé et se mettait à prier ; il était transformé ! Il réalisait la présence de Dieu ; il était rempli de joie. « Si souvent je suis venu vous demander du pain sans penser que vous aviez autre chose à me donner ! » s’écria-t-il. « C’est votre faute, non la mienne. Vous reveniez que pour du pain et vous vous en alliez dès que vous l’aviez reçu ; aujourd’hui où vous avez eu le temps de rester avec moi, j’ai pu vous parler. »

Nous agissons souvent de même avec notre Sauveur. Beaucoup d’entre nous ne s’adressent au Père Céleste que pour lui demander une chose ou une autre. Notre Sauveur nous a appris à dire : « Que Ta volonté soit faite » et nous disons au contraire : « Que ma volonté soit faite », sinon par nos lèvres, du moins par nos actions. Dès que nous avons reçu, nous nous enfuyons loin de la présence de Dieu, c’est pourquoi, très souvent, Dieu ne nous donne pas tout ce que nous demandons. Cela ne signifie pas qu’il ne nous aime pas, mais qu’il désire que nous sachions rester en sa présence.

Si nous savons, comme ce mendiant, rester aux pieds du Maître et lui parler, il se révélera lui-même à nous et nous comprendrons alors le sens de la prière ; nous saurons que Dieu ne veut pas nous donner ceci ou cela, mais se donner lui-même à nous. Quand nous recevons Dieu lui-même, nous sentons sa présence dans nos cœurs et nous sommes satisfaits. Nous n’avons plus, alors, à demander les choses dont nous avons besoin. elles nous seront données sans que nous les demandions. Ce que notre Sauveur demande de chaque chrétien, c’est qu’il Le suive, qu’il vive avec Lui, afin de le connaître tel qu’il est. En le trouvant, nous recevons le saint Esprit et nous commençons à vivre avec lui dans ce monde, pour continuer à vivre avec lui dans le ciel.

Source : Sâdhou Sundar Singh – Questions posées au Sâdhou Sundar Singh, à Berne, le lundi 27 mars 1922 – livres-mystique.com